Le dogue allemand : une race de chien exceptionnelle

 

On confond actuellement, sous les deux noms de Danois et de Dogue Allemand, un seul et même chien. En réalité, il existait un Dogue Danois, auquel il ne fut pas accordé grand soin. Parallèlement existait en Allemagne un gros chien national qui était un véritable Dogue.


Le Danois était un chien plus fort, plus épais, en un mot plus grossier que le chien actuellement connu sous ces deux dénominations. C'est à partir de ce lourd Danois que les Allemands ont obtenu le type actuel. Les cynophiles du Danemark semblent donc être dans le vrai quand ils réclament, sans grand succès, que le chien allemand par sélection soit appelé « Grand Danois D, et non « Dogue Allemand ».


A défaut d'une position prise officiellement par la cynophilie, ce chien est appelé indifféremment en France « Grand Danois » ou « Dogue Allemand », et en Italie, « Alano ». « Le Grand Danois », de même que le cheval, dit Onterwater, doit avoir les mouvements aisés et l'arrière-train ferme et puissant, non vacillant ni traînant.


Il est bien vrai que le Grand Danois est un sujet imposant, plein de noblesse et d'harmonie. On lui reconnaît un caractère affectueux, distant et méfiant avec les étrangers, mais doux et calme avec les enfants.


Certains le disent peu intelligent, privé de flair et tellement buté qu'il ne reconnaît pas ses maîtres, même à la voix et surtout la nuit. Il ne faut rien exagérer ni généraliser; son flair n'est pas celui d'un chien de chasse, mais il est loin d'en être dépourvu.


Son squelette le fait paraître plus grand qu'il n'est en réalité, sa taille est de 0,80 m environ; sa tête, allongée, anguleuse, plutôt étroite, est très expressive; le front est nettement séparé du chanfrein par un stop bien marqué; le museau est fort, tronqué verticalement; la truffe, ouverte et noire, se trouve sur la même ligne que le chanfrein; les yeux sont de grandeur moyenne, ronds, de couleur aussi foncée que possible. Les oreilles sont attachées haut, pas trop écartées l'une de l'autre, taillées en pointe, assez longues, et toujours portées droites ; le cou est long et musclé, la poitrine bien descendue, le dos court et droit, le ventre remonté à la taille, la croupe pleine, descendant insensiblement jusqu'à la naissance de la queue, qui est de longueur moyenne, n'arrivant pas plus bas que le jarret. Le poil est court, serré, lisse, brillant et bien couché.


Les diverses couleurs de la robe déterminent les catégories dans lesquelles il sera classé : 10 BRINGÉ : à fond plus ou moins jaune, zébrures bien marquées et noires; 20 JAUNE : du jaune doré au jaune d'or, le masque noir est plus désirable; 30 BLEU : unicolore, autant que possible bleu acier sans halo jaune ou noir; 40 NOIR : noir zain brillant; 50 ARLEQUIN : le fond toujours d'un blanc pur, taches noires distribuées irrégulièrement sur le corps ; les yeux clairs ou dissemblables sont indésirables, bien que parfois tolérés.


Ne sont pas admis : les chiens entièrement blancs, les albinos, et ceux qui sont porteurs d’un manteau ne laissant apparaître en blanc que les pattes, le cou et la pointe du fouet.