Le dogue allemand : le standard

 

Le standard fut fixé en Allemagne à la fin du siècle dernier. C’est l’esthétique qui va l’emporter dans les préoccupations de ses créateurs. La très grande taille, l’équilibre du corps, la structure de la tête, le col de cygne de l’encolure sont les éléments d’un ensemble associant puissance et élégance, force et noblesse.


La tête est de forme allongée, étroite, expressive, délicatement sculptée avec des contours nets. Si les babines sont abondantes, les joues ne doivent pas offrir un relief trop important. Les dents sont grandes, solides et bien ajustées. Le stop est prononcé, le front doit être nettement déclavé vers le haut par rapport au chanfrein qui de face est aussi large que possible. Le museau doit avoir la même longueur que le crâne. Les yeux sont ronds et de grosseur moyenne. Leur couleur doit être aussi foncée que possible. Le regard est vif, doux et intelligent.


Les oreilles sont attachées haut, coupées en pointe et dressées de façon symétrique. La coupe des oreilles n’est plus autorisée en Allemagne et dans d’autres pays comme la Suisse, la Hollande et l’Angleterre.


L’encolure doit être attachée haut, la musculature du cou qui est assez long doit être apparente sans plissement. La poitrine est large et les aplombs rectilignes. Les pieds sont ronds avec des doigts courts.


Le ventre est relevé vers l’arrière et décrit une jolie courbe qui prolonge la ligne inférieure de la poitrine. Les cuisses sont larges et fermes et les membres postérieurs sont longs, larges et fermes. Les jarrets doivent épouser une ligne parfaitement verticale. La queue est de longueur moyenne, attachée haut et large à la base. Elle s’affine peu à peu et ne doit pas dépasser le jarret.


Le poil est très court, serré, luisant et plaqué le long du corps. 5 couleurs de robe sont autorisées : bleu acier, arlequin, noir jais, fauve à masque noir et bringé à masque noir.